Prosper MERIMEE

C'est là, alors quun soir il fume sur un parapet, qu'il rencontre Carmen (diminutif de Carmencita), une gitane. Après avoir

Prosper MERIMEE

Статья

Разное

Другие статьи по предмету

Разное

Сдать работу со 100% гаранией

 

Prosper Mérimée

 

(1803-1870)

 

 

«Car, disait-il, il n'y a qu'un amour très violent et satisfait qui se contente d'une seule femme.» En outre, la mauvaise compagnie dans laquelle don Juan était plongé ne lui laissait pas un moment de repos. Il paraissait à peine dans les classes, ou bien, affaibli par les veilles et la débauche, il s'assoupissait aux doctes leçons des plus illustres professeurs. En revanche; il était toujours le premier et le dernier à la promenade; et, quant à ses nuits, il passait régulièrement au cabaret ou en pire lieu que celles que doña Teresa ne pouvait lui consacrer."

Mérimée, Prosper. Les âmes du purgatoire.

 

 

Oeuvres principales :

Carmen
Colomba
La Vénus d'Ille
Malteo Falcone
Le vase étrusque
Tamango
La double méprise
Mosaïque
Nouvelles
Dernières nouvelles
Chroniques du règne de Charles IX

 

 

 

 

Biographie de Prosper Mérimée (1803-1870)

1803Prosper Mérimée naît le 23 septembre à Paris. Son père, Léonor, est professeur de dessin à l'Ecole Polytechnique. C'est un peintre reconnu, grand spécialiste des écoles flamande et italienne. La mère de Prosper, Anne-Louise Moreau, de presque 20 ans moins âgée que son mari, descend de Marie Leprince de Beaumont, la conteuse qui immortalisa La Belle et la Bête. Dès son plus jeune âge Prosper Mérimée est en contact avec le monde de l'art.1811Le jeune Prosper Mérimée suit ses études au lycée Napoléon (Henri IV). C'est un élève moyen, qui toutefois, se distingue en droit.1819Après son baccalauréat, il commence des études de droit, sur les conseils de son père. 1820Sous l'influence de sa mère, il s'intéresse à la littérature anglaise, l'une des sources du romantisme français naissant. 1822Mérimée commence une tragédie ( Cromwell) dont il fait une lecture chez son ami Viollet-Le-Duc.

Il aimerait devenir écrivain, mais souffre de 2 handicaps : il n'a ni nom, ni fortune. De plus, ses positions libérales et religieuses ne lui facilitent pas la tâche. Il a du mal à intégrer les milieux de la Cour et du faubourg Saint-Germain. Il parvient à force de patience à faire son entrée dans la vie mondaine et fréquente les salons parisiens.

Il fréquente bientôt Musset et Hugo. Il rencontre Stendhal (Henri Beyle), de 20 ans son aîné, qui devient l'un de ses amis. 1823Mérimée obtient sa licence de droit. Il est exempté de service militaire pour "faiblesse de constitution"1825Mérimée, passionné par le théâtre espagnol publie une série d'articles anonymes dans le Globe. Puis il conçoit l'idée d'une mystification : il "crée" une comédienne espagnole, Clara Gazul, dont un imaginaire M. Joseph Lestrange vient de traduire les œuvres. Il lit ou fait lire chez Delécluze, six pièces qui seront publiées sous le titre, Théâtre de Clara Gazul. Il y dévoile un esprit brillant, à la fois fantaisiste et humoristique. Plusieurs revues tombent dans le piège, cependant Le Globe révèle la mystification. 1826Mérimée qui mène une vie de dandy, effectue trois voyages en Angleterre. Le reste du temps, il fréquente les cercles littéraires parisiens.1827Mérimée rencontre Emilie Lacoste qui deviendra sa maîtresse.

Il persévère dans la supercherie. Il publie La Guzla (anagramme de Gazul), présenté comme un recueil de chants populaires, qui auraient été écrits par un certain Hyacinthe Maglanovitch (comme pour le Théâtre de Clara Gazul, c'est Mérimée qui en est l'auteur).1828Mérimée est blessé en duel par le mari de sa maîtresse Emilie Lacoste.

Il commence la publication de nouvelles qui vont établir sa réputation.1829Mérimée fréquente le Cénacle.

Ce sont les années de création intense. Il publie Chronique du règne de Charles IX, un brillant tableau des guerres de religion du XVI ème siècle.

Il publie également des nouvelles : Mateo Falcone, Vision de Charles IX, Tamango, Federigo, L'Enlévement de la Redoute. 1830Sa pièce, Le Carrosse du Saint-Sacrement, est jouée par l'actrice Augustine Brohan, dont Mérimée est amoureux. La pièce cause un véritable scandale en raison de ses positions antireligieuses.

Mérimée publie Le Vase Etrusque et la Partie de Trictrac.

La Monarchie de juillet va permettre à Mérimée de faire valoir ses idées libérales; Elle va lui faciliter les contacts et lui permettre d'obtenir protection, faveurs et emplois.

Lors d'un voyage en Espagne, Mérimée fait la connaissance du futur Comte de Montijo, le père de la future épouse de l'empereur Napoléon III. Eugénie, la future impératrice n'est alors âgée que de 4 ans.1831Grâce à diverses protections, Mérimée entre dans la haute administration. Il est nommé chef de cabinet du Comte d'Argout, Ministre du Commerce.1832Mérimée est chargé des mesures prophylactiques pendant l'épidémie.

Il publie Lettres à une inconnue.1833Mérimée a une liaison éphémère avec George Sand

Il publie La Double Méprise.1834Mérimée devient inspecteur général des monuments historiques. Sa passion pour l'archéologie et son goût des voyages peuvent ainsi s'épanouir pleinement.

Il publie les Ames du Purgatoire1835Mérimée publie ses notes d'un voyage dans le Midi de la France. Ces notes seront le point de départ de La Vénus d'Ille qu'il publiera 2 ans plus tard1836Début de la liaison entre Mérimée et Mme Delessert

Mort de son père

Mérimée publie ses notes d'un voyage dans l'Ouest de la France1837Mérimée publie La Vénus d'Ille1838Mérimée publie ses notes d'un voyage en Auvergne1839Mérimée voyage en Italie avec Stendhal1840Mérimée publie ses notes d'un voyage en Corse qui lui inspirent Colomba. Cette nouvelle, l'un de ses chefs d'œuvre parait en juillet dans La revue des Deux Mondes.1841Mérimée visite la Grèce et la Turquie1842Mort des son ami Stendhal1844Mérimée publie Arsène Guillot, une nouvelle dans La revue des Deux Mondes.

Il est reçu à l'Académie française1845Mérimée publie Carmen. Cette nouvelle ne connait qu'un faible succès, elle doit beaucoup sa gloire à Bizet (1875). Il apprend le russe. 1849Mérimée traduit Pouchkine. Il est l'un des premiers à s'intéresser à la littérature russe. La revue des Deux Mondes publie La dame de Pique qu'il a adapté de l'auteur russe.

Il publie H.B, en l'honneur de son ami Stendhal (Henri Beyle), mort en 1842.1852Mérimée est emprisonné 15 jours à la Conciergerie pour l'affaire Libri. Il avait défendu la cause d'un bibliothécaire indélicat, faussaire, qui était le mari d'une de ses anciennes maîtresses.1853Mérimée publie des Monuments de France.

Mérimée est nommé sénateur à vie. Il devient un familier de Napoléon III et de son épouse Eugènie de Montijo. Il devient l'une des cibles des opposants à l'Empereur. Hugo, de retour d'exil, s'exclamera : "Le paysage était plat comme Mérimée."

Il voyage en Espagne.1854Rupture avec Mme Delessert1856Atteint dès 1856, de graves troubles de la respiration, il commence à se rendre dans le midi, à Cannes, sans cesser pour autant de voyager.

Il traduit le coup de Pistolet de Pouchkine1858Mérimée fait faire à Napoléon III et à l'impératrice sa fameuse dictée. Ils font respectivement 54 et 90 fautes.1862Mérimée sert de nègre à Napoléon III pour la rédaction d'une Histoire de Jules César.

Mérimée achète une maison à Cannes pour tenter de soigner une grave bronchite chronique.1863Il se partage entre l'Angleterre, Cannes, Paris et Biarritz.

Il refuse le Ministère de l'Instruction publique

Il rédige la pr

Похожие работы

1 2 3 > >>